Musée des Thermen

Dans la culture romaine, prendre un bain était très important. Les citoyens romains se rendaient presque tous les jours dans des bains publics (balnea) ou dans un complexe thermal (thermae). Les romains aisés avaient le luxe de posséder une salle de bains privée dans leur propre maison tandis qu'un homme ordinaire devait se contenter des bains publics.

Une visite
Les femmes étaient autorisées à se rendre aux thermes durant la matinée tandis que le reste de la journée, les hommes pouvaient faire usage des installations jusqu'au coucher du soleil. Environ 50 personnes au total pouvaient se baigner en même temps. La population se baignait nue et profitait aussi des bains pour y faire du sport.

Les thermes de Coriovallum, prédécesseur romain de Heerlen, étaient un complexe de bains publics. Il était possible d'accéder aux bains en s'acquittant d'une modeste somme (l'équivalent d'une miche de pain) auprès de la captuarius, la caissière. Hommes et femmes se baignaient séparément. Après avoir payé, vous entriez dans le vestiaire (apodyterium) où vous pouviez ranger vos vêtements. L'espace était aménagé en plusieurs pièces aux températures différentes afin de satisfaire les préférences des baigneurs. Dans le caldarium (pièce chaude) il était possible de prendre un bain d'eau chaude. Dans le tepidarium (salle tiède) vous pouviez vous enduire d'huile de bain puis aller dans la salle d'étuve humide (sudatorium) ou vous asseoir dans la salle chaude dans laquelle les pores de la peau se dilataient aisément grâce à l'air chaud. La saleté présente sur la peau ainsi que l'huile de bain étaient ensuite ôtées à l'aide d'un strigile (strygilis), sorte de grattoir en fer recourbé utilisé dans les thermes par les Romains pour se laver. Après cela, il était possible de se rendre dans l'un des deux piscinae (bassins) du frigidarium (pièce froide) où se trouvait une pataugeoire. Après une pause dans le sauna, il était possible d'entamer un second tour des thermes. Dans la palaestra (cour extérieure) des bains publics où se trouvait une grande piscine, les romains pouvaient faire du sport.

Pour maintenir les thermes à la bonne température, on utilisait le praefurnium (partie des thermes correspondant au système de chauffage de certaines pièces). Les pièces étaient chauffées grâce à l'air chaud diffusé à travers l'espace situé sous le plancher et entre les murs. Ce système appelé «hypocauste» était une première version de « notre » système de chauffage actuel. L'eau du bain d'eau chaude était chauffée de deux façons : indirectement par le biais de l'air chaud sous le plancher et via une chaudière qui se trouvait sur le canal de chauffage par lequel l'eau chaude arrivait directement.

Une visite aux thermes n'était pas uniquement destinée au nettoyage du corps. C'était surtout un lieu de rencontre où les habitants pouvaient se retrouver et où l'on pouvait faire de nouvelles connaissances, par exemple celle des habitants de passage dans la région. A ce titre, les bains publics étaient pour les habitants l'un des endroits les plus importants dans le centre du vicus Coriovallum.

Des restes de poteries de tables, des cuillères à huîtres ainsi que des coquilles d'huîtres appartenant aux baigneurs ont été découvertes en grande quantité dans le complexe thermal.

 

Demande

Des questions à nous poser

Contactez-noud:
Tél. +31 (0)45 560 5100
E-mail info@thermenmuseum.nl

Rappelez-moi:
Laissez-nous votre numéro de téléphone
ci-dessous, et nous vous rappellerons.